CONCERT

► CONCERT PAN-SONISMES ◄

 

Organisé par :  Anna Buy, Tristan Labouret, Karine Le Bail, Violeta Nigro-Giunta, Jonathan Thomas.

Ingénieur du son : Simon Garrette.

Un événement organisé par le  CRAL, avec le soutien de Reid Hall

 


PROGRAMME

SEBASTIEN LESPINASSE
POÈTE SONORE


Noyade-télégramme

La poésie de Sébastien Lespinasse est sonore, vibrante, et avant tout vivante. La langue y est jouée, déjouée, les souffles et sons de la voix la prolongent ou l’implosent. L’artiste s’inscrit dans la lignée des poètes sonores qui, à partir des années soixante, ont sorti la poésie du livre, renoué avec – voire réactualisé – une forme d’oralité primordiale du poème, de la scène aux bandes magnétiques des premiers REVOX. Chez ces précurseurs (Bernard Heidsieck, Henri Chopin, Brion Gysin…) comme chez Sébastien Lespinasse, la frontière entre musique et littérature est explorée. Sur scène, le corps, la voix et la langue sont mis en jeu : la poésie de ce dernier à la fois résiste et déborde, cherche à courir dans les sensibilités et entrer en résonance. Sébastien Lespinasse prend dans le réel et le sensible de quoi tisser ses poèmes composites.
Le poète est à écouter sur scène, sur disque (Couac – no(nous)us, en duo avec Heddy Boubaker, éditions Trace Label, 2018 ), mais aussi à lire (Fougax et Barrineuf vont en bâteau, éditions Gros Textes, 2011).

——

Rêve d’une phrase qui serait en même temps un son continu
comme une parole d’en dedans
les mots insécables du corps qui les projette
creuser un vertige de l’espace

être-là est en premier lieu l’écoute d’une vibration

——

Noyade-télégramme

comment dire l’urgence d’agir
parler avec ses mains pour ouvrir
chanter dans l’absence d’air
solide solidaire
construire un sol avec des morceaux de vide
un souffle une phrase vivre

et tout le silence
et l’oubli total qui absorbent


 

JEAN-BRICE GODET
K7, RADIOS CLARINETTE

Épiphanies

« Jean-Brice Godet, je l’appelle Godot. Comme le personnage de Beckett. Parce qu’il est loin et proche à la fois. Comme sa musique. Il semble venir nous prendre par la main pour que nous n’ayons plus peur, et quand il nous a apprivoisé, il nous laisse face à nous-même, tout seul, dans la neige. Je pourrais croire qu’il en sait plus que nous, qu’il connaît un endroit tout à lui, fabriqué avec des crayons de couleurs, des ciseaux, des bouts de papier, des bandes magnétiques. mais il y a un drone au-dessus de ce monde-là , un drone qui plane très bas au-dessus de nos têtes avec des morceaux de voix comme des chuchotements . Ces voix font tomber de la pluie. Et la pluie, quand elle est généreuse, ça ne pardonne pas. »
Marine Mane

Épiphanies

« Épiphanies est un solo pour K7, radios et parfois clarinette. C’est une sorte de journal intime, très changeant d’une fois sur l’autre, mais utilisant les mêmes éléments. Une mise en forme d’une collection de sons capté ici ou là, pour des commandes ou pour moi. Le support K7 colore les matières utilisées en les teintant d’une aura de souvenir, parfois mélancoliques, parfois drôles. Dans ce solo je creuse plus particulièrement ce thème de la révélation, de l’évidence qui se fait, parfois, devant une oeuvre, un travail, un son, une parole, dite ou entendue, et qui, parfois, nous fait glisser vers un ailleurs dont on ne soupçonnait pas l’existence. »
Jean-Brice Godet


 

JULIÁN MACEDO
VIBRAPHONE

Philippe Manoury,
Le livre des claviers. IV. Solo de vibraphone
Luis Naón, Lettre inachevée (Urbana 3)

Philippe Manoury, Le livre des claviers. IV. Solo de vibraphone

Le Solo de vibraphone est la quatrième pièce du Livre des claviers composé en 1988 pour Les Percussions de Strasbourg. Cette pièce explore une caractéristique sonore qui ne peut être produite que sur cet instrument : la possibilité d’étouffer individuellement les sons produits dans l’ordre que l’on veut. Dans ce Solo, les fins des sons sont aussi importantes que leurs débuts. Il y a une polyphonie d’apparition et de disparition des différents sons. Le soliste peut arrêter les sons, soit avec les doigts, soit
avec les baguettes, qui jouent ici un rôle équivalent à ce que sont les filtres en musique électronique. La pièce est construite sur une série de transformations sur un matériau de base dans l’esprit d’un développement continu.

______

Luis Naón, Lettre inachevée (Urbana 3)

Concentrée sur un instrument unique, la pièce reflète un climat de partie manquante : le signe (la lettre) qui reste à accomplir. Comme si le trait qui commence à se dessiner était interrompu. Le voile qui est jeté sur la partie laissée dans l’absence nous soumet à une écoute du silence, du presque son, du revirement harmonique. Cette écoute n’est pas discursive, comme l’est une forme musicale la plupart du temps. Une autre lettre est inachevée. Celle qui nous unissait, de l’autre côté de l’Atlantique, avec mon ami poète Charlie Feiling, mort prématurément en juillet 1997.
L’inachèvement est ce qui, au fond, nous définit comme nature poétique. Ouverture donnée par l’œuvre non finie, le livre non publié, le tableau à refaire, l’esquisse… Toute œuvre est malgré tout inachevée. Le temps, qui impose ses lois (en particulier au musicien) nous ordonne et organise en bornes qui jalonnent et figent ce qui est souvent par excellence indéfinissable.
Par son écriture volubile et semée d’embûches harmoniques cette pièce parait libre, quasi rapsodique.


 

QUATUOR DE LA CLASSE D’IMPROVISATION GÉNÉRATIVE DU CNSMDP
PROFESSEUR : VINCENT LÊ QUANG

Raphaël Bougy, violoncelle
Henrique Cantalogo, piano
Pierre-Antoine Despatures, contrebasse
Chloé Lucas, contrebasse

« Par le terme « improvisation générative » on désigne une forme d’improvisation libre, basée sur des principes d’écoute et d’invention musicale instantanée. Elle n’obéit pas à un style ou un idiome musical, toutefois les questions de mémoire individuelle et collective sont présentes et les liens avec les musiques traditionnelles, le jazz et la musique contemporaine sont nombreux.
La classe d’Improvisation Générative a été créée par Alain Savouret en 1993. Elle s’adresse aux instrumentistes et chanteurs désireux de diversifier leur pratique par le développement de leur capacité d’invention musicale. Par l’accumulation d’expériences et une réflexion sur les notions spécifiques à l’improvisation, l’improvisateur fait face à de nombreuses situations tout en affirmant la spécificité de son propre vécu musical. Le concours d’entrée est réservé aux étudiants déjà en cursus au CNSMDP et a lieu chaque année en Octobre.
Alexandros Markeas et Vincent Lê Quang sont les professeurs de cette classe qui fait partie du département Jazz et musiques improvisées. »
Alexandros Markeas


 

MAXIME DENUC

SYNTHÉTISEUR MODULAIRE

Taming the waves

« Ma pratique de compositeur se focalise sur la création de formes hybrides, confrontant des d’univers différents, parfois presque antinomiques. Ces orientations se retrouvent notamment dans les travaux du duo Plapla Pinky, qui transposent les cadences de l’early rave sur les orgues d’église, ou dans mon projet solo NL dans lequel les harmonies épiques de la dance music rencontrent des murs de bruit massifs. Dans Taming the Waves, j’explorerai une fois de plus cette dualité. A partir d’un synthétiseur modulaire Serge, j’essaierai de créer des paysages sonores vivants en sculptant des formes d’ondes pures – sinusoïdes, dents de scie ou bruit blanc – à la recherche d’une espace acoustique inouï dans lequel se diluent toutes les classifications. » Maxime Denuc.

 


BIOGRAPHIE DES ARTISTES

RAPHAËL BOUGY
VIOLONCELLE

Originaire de Caen, Raphaël Bougy mène au CRR de Caen des études musicales complètes. Durant sa formation initiale, sa rencontre déterminante avec Stéphane André, professeur de violoncelle, le conduit à poursuivre ses études au sein du Pôle supérieur de Paris-Boulogne-Billancourt auprès de Xavier Gagnepain. Après l’obtention du DNSPM en 2018, il est admis en cursus master au Conservatoire Royal de Bruxelles dans la classe de Marie Hallynck. Parallèlement à sa formation instrumentale, il intègre le CNSM de Paris en écriture musicale et en improvisation. Il est titulaire de premiers prix d’harmonie, de contrepoint, de fugue, ainsi que d’une licence de musicologie. Il étudie par ailleurs le chant au conservatoire du Centre auprès de Valérie Millot. Désireux de multiplier les expériences musicales, il aime improviser en compagnie de musiciens de jazz, de danseurs et de comédiens. Soucieux de développer ses qualités de pédagogue, il suit simultanément la formation préparant au Diplôme d’État de professeur.


 

HENRIQUE CANTALOGO
PIANO

Pianiste brésilien de formation classique, fortement attiré par la musique populaire de son pays natal, Henrique Cantalogo se consacre actuellement à la pratique de l’improvisation libre et du piano préparé. Il s’intéresse également aux croisements entre la musique et d’autres types d’art, ayant travaillé comme compositeur et directeur musical de spectacles de danse, pièces de théâtre et performances.
Il s’installe à Paris en 2017 pour une période d’études au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP) où il a suivi la classe d’Improvisation Générative et d’Analyse. Actuellement, il suit le Master « Improvisation et Création Musicale » au Pôle Supérieur d’Enseignement Artistique Paris Boulogne-Billancourt (PSPBB).


 

PIERRE-ANTOINE DESPATURES
CONTREBASSE

Pianiste et contrebassiste de formation classique, Pierre-Antoine Despatures s’intéresse rapidement au jazz, aux musiques improvisées et aux musiques du monde. Il évolue dans des formations aux esthétiques variées, aussi bien dans des groupes de jazz qu’en orchestre symphonique. Après plusieurs années à étudier aux conservatoires de Douai et de Tourcoing, il poursuit maintenant un cursus de contrebasse classique et d’improvisation au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. Durant son parcours il s’est produit au sein de l’Orchestre National de l’Opéra de Paris à la Philharmonie de Paris, aux festivals de Tourcoing Jazz et de Saint-Céré ou a été artiste en résidence à l’académie supérieure de musique de Sousse.


 

MAXIME DENUC
SYNTHÉTISEUR MODULAIRE SERGE

Maxime Denuc est compositeur de musique électronique et instrumentale. En 2006, il cofonde le duo Plapla Pinky qui propose une approche singulière de la club music, entre rave, musique baroque et musique contemporaine. Le groupe a produit plusieurs disques et a été invité dans de nombreux clubs et festivals de qualité tel que Sonar (Es), Villette Sonique (Fr), Club Metro Kyoto (Jp), Skanu Mesz (Lv) ou Today’s Art (NL). A partir de 2014, le duo entame un travail autour de l’orgue qui donnera naissance à un disque et une œuvre de concert, Raver Stay With Me.
En solo, les travaux de Maxime Denuc se déploient dans un large spectre musical : son projet NL propose une transcription bruitiste des paysages de la mer du nord tandis que sa pièce Low met en scène la fragilité de la jeunesse dans une fiction cinématographique pour trois jeunes trombonistes. L’œuvre RCRCR se focalise quant à elle sur la puissance architecturale de l’église comme catalyseur d’émotions.
En parallèle de ces travaux, il se consacre également à la recherche : après avoir obtenu une licence de musicologie à Paris-IV, il intègre le Master Musique de l’EHESS à Paris en 2016. Sa recherche, dirigée par l’historienne Karine Le Bail, s’intéresse aux dissonances entre les discours pluralistes des institutions musicales dominantes et leur application sur le terrain.


 

JEAN-BRICE GODET
CLARINETTE

Après un master de recherche en informatique musicale (Université Pierre et Marie Curie / IRCAM), le clarinettiste Jean-Brice Godet devient un des musiciens phare de la scène improvisée française et européenne. On a pu l’entendre en compagnie de Bernard Lubat, Louis Sclavis, Joëlle Léandre, mais aussi Anthony Braxton, Fred Frith, Jean-Luc Guionnet, Mike Ladd, Pascal Niggenkemper, les collectifs COAX, 11h11, le Tricollectif, le Collectif 2035, l’ARBF, Umlaut… Il participe également aux quatuor Watt et à l’ONCEIM, ainsi qu’à Pan-G, à l’ONJ d‘Olivier Benoit et à Ping Mahine, le grand ensemble de Fred Maurin. Il dirige enfin plusieurs formations comme Mujô et Lignes de Crêtes, et travaille avec des artistes non musiciens comme la chorégraphe américaine Eleanor Bauer.
Conjointement à ses activités de clarinettiste interprète et improvisateur, il développe depuis 2015 un travail sonore avec l’utilisation de dictaphones, de K7 et de radios qui l’amène à travailler de plus en plus avec le spectacle vivant. Après une dizaine de concert, ce travail se concrétise sous la forme du solo Épiphanies et de son enregistrement pour le label Gigantonium en mars 2018.

 


 

SÉBASTIEN LESPINASSE
POÉSIE SONORE

Le poète sonore Sébastien Lespinasse … vit, dort, rêve et travaille à Montreuil, …, a fait des études de philosophie comme une aventure personnelle & impersonnelle, …, a écouté des chants tarahumaras, …, s’est mis à parler avec des bouches de lavomatiques, …, emprunte mille plateaux, …, cherche un peu d’air & d’errance dans les mots, …, des manières de respirer ensemble, …, tisse des textes troués, …, rapproche des mises à distance, …voudrait toucher avec la langue …


 

CHLOÉ LUCAS
CONTREBASSE

Chloé débute la contrebasse à l’âge de sept ans au Conservatoire de Montpellier avant d’intégrer quelques années plus tard la classe de Jean Ané au Conservatoire de Perpignan. Elle y obtient ses prix de contrebasse et de musique de chambre avant de poursuivre, en septembre 2014, ses études au Pôle d’Enseignement Supérieur de la Musique en Seine Saint Denis, dans la classe de Jean Christophe Deleforge.
Reçue à l’Orchestre Français des Jeunes Baroque deux années consécutives (2014, 2015) elle travaille en résidence au Grand Théâtre de Provence sous la direction de Christophe Coin et Leonardo Garcia Alarcon. Elle est depuis 2016 membre du Theresia Youth Baroque Orchestra dans lequel elle se produit régulièrement en Italie, sous la direction de Chiara Banchini et d’Alfredo Bernardini.
Suite à l’obtention de son Diplôme National Supérieur d’Interprète, Chloé entre en 2018 au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en double cursus : Master de contrebasse historique et de violone et en classe d’Improvisation générative.
Musicienne éclectique, elle développe sa pratique aussi bien dans des ensembles de musique ancienne qu’avec l’Orchestre National de Montpellier. Au delà de son travail du répertoire classique, elle diversifie son jeu, s’attachant à développer l’improvisation et les musiques de tradition orale notamment avec le groupe Syrto.


 

JULIÁN MACEDO
VIBRAPHONE

Julián Macedo, né en 1987 à Santa Fé (Argentine), est percussionniste pour l’Orchestre Symphonique de sa ville natale depuis 2003. Il commence ses études à la “Escuela provincial de música 9901”, et poursuit sa formation au Conservatoire de Strasbourg avec Emmanuel Séjourné et au Conservatoire de Rueil-Malmaison avec Eve Payeur.
Il collabore avec des ensembles et des orchestres tels que l’Ensemble Court-Circuit, 2e2m, Orchestre de Bretagne, Orquesta Sinfónica de Entre Ríos, parmi d’autres.
Il est actuellement professeur à la “Escuela de música Remo Pignoni” (Rafaela, Argentine) et donne des concerts régulièrement en France et en Argentine.